Compte

La Révolution n'est pas qu'une affaire d'hommes

  • Imprimer
  • E-mail

Les communardes : les éléphants rougesLes communardes
Wilfrid Lupano

« La Révolution n’est pas qu’une affaire d’hommes », dans ce tryptique dont chaque volume peut se lire séparément, Wilfrid Lupano au scénario s’attache à retracer le destin de trois femmes qui se sont engagées dans la Commune de Paris. Bourgeoises, ouvrières, femmes au foyers, aristocrates, prostituées, célèbres ou anonymes, elles ont toutes en commun d’être montées sur les barricades. Chaque album est illustré par un dessinateur de talent et mêle grande et petite histoire.

 

T. 1 : les éléphants rouges, illustré par Lucie Mazel, Vent d’Ouest 2015.
Octobre 1870, Paris est assiégé par les troupes prussiennes. Les parisiens aisés ont fui la ville, les plus pauvres sont rationnés et vont cruellement souffrir de la faim et du froid pendant un hiver terrible. Les femmes se mobilisent et créent les « amazones de la Seine » qui vont prendre les armes aux côtés des hommes.

 

TLes communardes 2 : l'aristocrate fantôme.2 : l’aristocrate fantôme, illustré par Anthony Jean , Vent d’Ouest 2015
Le parcours-météorite d’Elisabeth Dimitrieff, jeune russe envoyée par Marx à Paris pour l’informer, qui va se brûler au jeu de la révolution. A tout juste vingt ans, arrivée à Paris depuis une semaine à peine, elle devient la présidente du premier mouvement officiellement féministe d’Europe : l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés.

 

T.3 : Nous ne dirons rien de leurs femelles, illustré par Xavier Fourquemin, Vent d’Ouest 2016
Marie est employée d’une riche famille bourgeoise. Eugénie, la fille de la famille, jeune érudite intéressée par les idées nouvelles noue une relation avec Edouard, le jeune libraire dont elle va se retrouver enceinte. Il sera bien évidemment éconduit lorsqu’il demandera sa main. Quelques années plus tard, Marie, engagée dans la Commune va retrouver Edouard.
Dernier volume de la série où vont se croiser les différents personnages rencontrés dans les 3 volumes et que l’on referme la gorge nouée. On ne peut que saluer le courage de ces femmes qui ont indéniablement ouvert la voie à tous les combats futurs pour l’égalité.

 

Les communardes 3 : Nous ne dirons rien de leurs femelles

 

 

Tags : BD