Compte

René Isidore racontee ... à St Haon : une vraie réussite !

  • Imprimer
  • E-mail

René Isidore raconte ... à St HaonEn ce samedi 25 avril, vers 19h00, une bonne soixantaine de spectateurs prennent place dans la salle des fêtes, pour assister au divertissement offert à la commune de Saint-Haon, par la Bibliothèque Départementale de Haute-Loire (BDHL).

Au cours de cette soirée, deux comédiens de talent ont transporté tout l’auditoire dans un monde de contes anciens et régionaux qu’Henri POURRAT, écrivain du siècle dernier et du terroir, puisque d’Ambert, a consigné dans l’une de ses plus grandes œuvres « Trésor de contes », contes d’ici et d’ailleurs qu’il a glanés tout au long de sa vie.

Par l’intermédiaire d’un personnage à la ronde bonhomie, truculent par le verbe et le geste, « André Isidore », joué par Lionel ALES, nous a raconté trois histoires fantastiques : « La queue du diable », puis « Les deux bossus », et pour terminer « L’ogre et son métayer ». Il était accompagné d’un complice musical en la personne de Mathieu PIGNOL, qui a ponctué mélodiquement le texte en créant des atmosphères dont il a le secret. En effet, il joue selon l’instant du récit, du violon, de la mandoline ou de la vielle à roue à manche, instruments anciens dont il en obtient toutes les sonorités et enlève avec éclats les histoires. Tous deux nous ont raconté, chacun dans leur langage, le vacarme de l’enfer et les taquineries d’une jeune bergère, les chansons des lutins et le bossu acariâtre, par l’ombre portée sur le mur … celle d’un ogre en furie et la stupidité de son valet.

René Isidore raconte ... à St HaonL’écoute était totale de la part de l’assistance. Ragots du village et autres railleries ont fait la joie de tous. Ils ont permis à toute la « bourgade » de se retrouver après chacun des contes populaires, pour « festoyer » et croquer quelques « agapes » salées, feuilletés, quiches, pizzas, sans oublier la découverte de produits du terroir, tels que saucissons et fromages de pays, mais aussi « ripailles » sucrées avec des pâtisseries de toutes sortes. Des spécialités maison confectionnées par la plupart de nos spectateurs, qui, comme autrefois, ont contribué à ce « festoiement » pour le plus grand bonheur de tous, et qui ont participé à ce que cette soirée soit superbement réussie ... un grand merci à tous. Sans oublier la BDHL, puisque divertissement totalement gratuit, grâce à son soutien financier.
Petits et grands, ont apprécié ces réjouissances à l’ancienne, et jusque tard dans la soirée, les conversations sont allées bon train, parler de tout et de rien. Juste pour être ensemble, et partager cet instant de convivialité … comme autrefois !

Pascale Hermier