Compte

Proposer des liseuses et des tablettes en bibliothèque

  • Imprimer
  • E-mail

Aujourd'hui, les tablettes sont en passe de supplanter le PC dans les foyers (chiffres de vente sur le site zdnet.fr).  Le livre n’est pas resté à l’écart de ce processus avec l'apparition du livre numérique. Ce dernier ouvre la voie aujourd'hui à de nouvelles pratiques de lecture, non seulement en rendant possible l’accès aux textes depuis des espaces géographiques et des dispositifs différents, mais également en proposant des formats variés et des médias qui enrichissent l’approche des contenus – séquences interactives, images, son, etc. Dans ce cadre, l'acquisition de ce matériel parait tout à fait conforme aux missions des bibliothèques. La perspective n'étant pas de répondre à un phénomène de mode mais bien de prévoir un projet cohérent en accord avec les moyens financiers et humains de la Collectivité.

Il est enfin important de considérer que l'implantation massive du multimédia et d'Internet n’implique pas forcément la fin des anciens supports : l’apparition du DVD n’a par exemple pas entraîné l’obsolescence du téléviseur ; de même, l’apparition du livre numérique ne conduira pas forcément à la disparition du livre en version papier.
A priori, il n’existe pas encore de concurrence entre les outils, mais plutôt une spécialisation voire une combinaison des usages.

Image tablette pour article

 

Dans un projet numérique en bibliothèque, il faut d’abord s’interroger sur ses ambitions, définir ses besoins : quel contenu, quels supports et formats de lecture, quels usages ? (tablettes ?, liseuses ?, consultation sur place ? Prêts aux usagers ? Quels coûts ?)
En effet, les offres sont multiples. Le livre numérique étant un objet aux contours flous : fichier, application, droit d’accès, toutes ces déclinaisons sont possibles aujourd’hui et pouvant en outre être lu sur plusieurs supports : smartphone, ordinateur, tablette et liseuses.

 

 

 

Il existe actuellement plusieurs types de fichiers :

  • Homothétique : le fichier est la copie identique de la version papier du livre (type PDF, le plus connu sur Internet ou e-PUB, sûrement le plus utilisé actuellement pour le livre numérique.
  • La lecture numérique peut proposer également divers enrichissements : textes enrichis d'images fixes ou animées, de son, de liens Internet, etc.
  • Un troisième type de fichier est apparu ces dernières années : les livres-application uniquement lisibles sur tablette.

 
Livres numériques vs Tablettes 

 Le prix moyen d'une tablette aujourd'hui est évalué à 203 € en 2015 (coût moyen annoncé sur zdnet.fr) tandis que celui d'une liseuse se situe entre 150 et 300 €.
Ces deux supports ne peuvent évidemment pas être utilisés dans la même perspective : les liseuses présentent une alternative au support papier, un confort de lecture supérieur à celui des tablettes mais un choix limité de fonctionnalités.

 

 Télécharger des livres numériquesTableau comparatif liseuses tablettes6

Les usages tendant nettement à la mobilité, les services numériques en bibliothèque se doivent d’être de plus en plus accessibles aux terminaux mobiles (les bibliothèques qui choisiront de proposer des livres numériques devront à ce propos réfléchir à la signalisation et l’indexation des livres numériques (dans le catalogue ou en dehors).
L’offre est hétérogène. Il existe des ventes au titre, des abonnements en ligne et des contenus libres, entrés dans le domaine public ou générés sous licence libre, des bibliothèques numériques (Gallica, Gutenberg) et des librairies numériques (Numilog, ePagine). Outre les librairies, il existe les portails de lecture numérique intégrée, les ressources en open access et gratuites et des classiques numériques enrichis disponibles sur iTunes.


Deux méthodes principalement utilisées :

  • en connectant la liseuse via une librairie associée (ex : Kobo pour la FNAC ou Kindle pour Amazon) mais il n'y a aucune obligation de passer par ces deux sites. Chez Amazon par exemple il faut savoir que les liseuses Kindle (associées au site) possèdent un format propriétaire qui interdisent au lecteur de choisir son site de téléchargement. Néanmoins, un grand nombre de librairie permettent aujourd'hui le téléchargement d'e-books (par exemple, la Librairie de Paris à St-Etienne, Decître à Lyon).

  • Les tablettes ou les liseuses sont connectées à un ordinateur via un port USB.


Pour celles et ceux qui sont perdu(es), voici un petit didacticiel qui devrait aider à la compréhension.


Sites de téléchargement (avant d'aller fureter)
Image liseuse article boite a outils


Gratuits :
ebooks : site de publication de livres numériques gratuits et libres de droit.

Littérature audio.com : les livres audio sont gratuits et téléchargeables en .mp3

ebouquin.fr : moteurs de recherche spécialisés dans le téléchargement de livres numériques gratuits.

La Petite Bibliothèque Ronde avec BibApps et son catalogue d’applications jeunesse.

Les bibliothèques doivent également se poser la question des plateformes d’accès (internes ou externes, comme Bibliovox, proposée par Cyberlibris).

Veille numérique :
 LADDNB (Association pour le développement des documents numériques en bibliothèque), lARALD (Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation) et l’ABF (Association des Bibliothécaires de France) avec son forum agorabib proposent en outre des outils et des veilles sur la question.  
Des applications pour la jeunesse sont commentées sur Bibliopedia.
Plusieurs personnes, bibliothécaires ou non, partagent leur veille : le site IDBOOX, l’association des Liseurs, les blogs Aldus et Biblionumericus (auteurs d’une carte collaborative des bibliothèques proposant liseuses et tablettes).

Pour les bibliothèques plus importantes, les collectifs Carel et Couperin permettent aux bibliothèques de mutualiser leurs ressources afin de négocier avec les fournisseurs numériques.


La législation

La législation en matière de livre numérique est floue. En l’absence d’une loi, la situation est donc confuse mais propice à la créativité. Les modèles marchands proposent des abonnements, des bouquets d’offres (où le bibliothécaire ne choisit pas le contenu), des achats unitaires de titres ou d’applications ou encore du streaming. Suivant les accords, les prêts peuvent être uniques ou simultanés et les téléchargements, chronodégradables. La grande majorité des livres numériques accessibles aux bibliothèques sont protégés par les DRM (Digital Rights Management), ces verrous numériques limitant le nombre de copies du fichier. Il est à noter que les éditeurs et diffuseurs privilégient encore la protection des données et les verrous ce qui va à l'encontre de l'action des bibliothèques dont la tendance est de rechercher des systèmes aussi ouverts que possible afin de faciliter l’accès des usagers.

 

Quelques exemples de Bibliothèques ayant franchi le pas.

 

Autre lien utile : http://biblionumericus.fr/2014/06/02/quelle-offre-de-livres-numeriques-en-bibliotheque-voulons-nous/

 

 

 

Source : Bouvier, Virginie. Panorama de la lecture numérique en bibliothèque. Bulletin des bibliothèques de France [en ligne], n° 3, 2014 : http://bbf.enssib.fr/tour-d-horizon/panorama-de-la-lecture-numerique-en-bibliotheque_64768